Comment aborder une difficulté ou un problème ?

Comment aborder une difficulté ou un problème ?

Quelque soit notre niveau de développement intérieur, la vie nous met régulièrement face à des problèmes et des situations difficiles.
Rencontrer des difficultés génère un mal-être. C’est un état de fait, et là, nous n’avons pas le choix.

En revanche, nous avons toujours le choix de notre positionnement : victime ou créateur ?

Aborder nos difficultés en luttant, en se débattant, en incriminant les autres, en se considérant comme une victime, cela génère de la souffrance.

Lorsque nous luttons et nous nous débattons, nous nous « crispons » sur le problème. Nous entrons dans une rigidité qui peut générer d’autres problèmes, qui bloque notre créativité et qui nous empêche de voir une issue favorable.

Alors, voyons les choses différemment !

Le problème peut être considéré comme une force qui, à première vue, semble négative et s’oppose à nous.

Accueillir un problème, après avoir reconnu le mal-être qu’il génère, c’est chercher le plus rapidement possible comment retourner cette force à notre avantage.

C’est le principe de base de certains arts martiaux comme l’aïkido : être détendu, centré sur le moment présent et absorber la force du partenaire pour la rediriger. Il n’y a aucune contrainte, aucun effort inutile : lorsque le partenaire pousse vous tirez, lorsqu’il tire vous poussez…et vous restez en harmonie avec ce qui est.

Quelle sensation agréable !

Être en harmonie avec ce qui est, avec la vie, avec les éléments que l’on ne maîtrise pas, c’est par exemple choisir de créer des moulins à vent lorsque le vent se lève.

Concrètement, ramené à notre quotidien, être en harmonie avec la vie et les problèmes qu’elle met sur notre route c’est par exemple, choisir :

  • D’utiliser les incontournables moments d’attente pour se détendre, se relaxer, lire, observer…
  • De considérer une rupture comme l’occasion de construire de nouvelles relations
  • De profiter de la perte d’un emploi pour changer de métier et être plus heureux

Mon expérience personnelle, mes recherches, l’étude de milliers de parcours de vie m’ont convaincu d’une chose : tout a un sens. Ainsi, les « obstacles » sur notre chemin, même les situations les plus douloureuses, sont là pour nous permettre d’acquérir des qualités et des ressources nouvelles.

Mais cela va encore plus loin : si nous ne saisissons pas ces opportunités d’apprendre, les problèmes se répètent et vont en s’aggravant, jusqu’à ce que nous  ayons « appris la leçon ».

C’est pourquoi, lorsque nous nous enfermons dans un rôle de victime, non seulement nous ne pouvons rien apprendre, mais surtout,  nous commençons à rencontrer des difficultés de plus en plus importantes… ce qui nous conforte dans notre position de victime (Pourquoi moi ? La vie est trop injuste…). C’est ce que l’on appelle un cercle vicieux 😉

Si nous considérons que la vie va toujours dans notre sens, même si cela n’est pas aussi évident à première vue, et que nous prenons l’habitude de tirer profit de toutes les situations, nous devenons créateur de notre vie.

Ce que les personnes qui ont une vie heureuse et harmonieuse ont compris, c’est que, si la vie ne nous apporte pas toujours ce que nous voulons,  nous pouvons être certains qu’elle nous apporte toujours ce dont nous avons besoin.

Rappelez-vous ! Combien de fois vous êtes-vous dit, un mois, six mois, un an après un passage de vie difficile (divorce, perte d’emploi, voire accident) : “ Eh bien finalement, heureusement que j’ai vécu cela, sinon je n’aurais pas fait… ou je n’aurais pas appris… ou je n’aurais pas connu ceci ou cela… ”.

Avoir cette prise de conscience le plus tôt possible, ce n’est pas éviter le mal-être mais c’est éviter d’entrer dans la souffrance et de s’y perdre. Cela relève d’un état d’esprit qui s’acquiert au fil du temps et des expériences.

Dans mes programmes de coaching, je vous aide à intégrer un protocole en quelques étapes simples qui vous permet, face aux situations difficiles, de vous recentrer et de rebondir en un minimum de temps.

En attendant je vous rappelle que les situations, objectivement, sont des expériences neutres. C’est nous qui leur donnons une intensité et qui les qualifions de positives ou de négatives.

Alors, je vous invite, dès qu’une situation vous dérange un tant soit peu, à vous poser systématiquement les questions suivantes :

 

  • Pourquoi cela arrive-t-il aujourd’hui ? Quel est le message ?
  • Qu’y-a-t-il de positif dans cette situation ? Que puis-je en retirer de bon ?
  • Quelle leçon ai-je à apprendre pour l’avenir ?
  • Et surtout : qu’est-ce que je décide de faire, concrètement ?