La vérité sur « les surdoués »

La vérité sur « les surdoués »

« Surefficient mental » : vivre dans la peau d’un zèbre, un parcours parfois compliqué !

Le terme “zèbre” a été introduit par Jeanne Siaud-Facchin, psychologue, créatrice de l’espace Arthur (Marcel Rufo) et de Cogito’Z à Marseille. Elle désigne, en utilisant l’image de cet équidé différent et semblable à tous les autres par ses rayures : les personnes surdouées.
L’image que l’on se fait d’un surdoué est souvent bien loin de la réalité : On pense qu’il réussit tout ce qu’il entreprend, qu’il est favorisé, qu’il est intellectuellement supérieur à la moyenne ! Détrompez-vous ! La réalité est bien plus mitigée car les personnes surefficientes ont la plupart du temps un parcours chaotique tant au niveau scolaire que professionnel.

LE ZÈBRE ET SES RAYURES !

Souvent très émotif, hypersensible (des 5 sens), le zèbre a généralement une réceptivité affective (empathie) très importante. Il se sent différent et a des difficultés à se fondre dans le moule de la société. Il ne supporte pas l’injustice, se sent incompris. Il se pose un milliard de questions, et penser non-stop est le prix à payer de son quotidien. Il aimerait trouver le bouton pause qui ferait cesser son cerveau de fonctionner, ne fût ce que pendant quelques minutes… Souvent instable émotionnellement, il peut malgré lui passer d’une humeur à l’autre très rapidement et sans pouvoir donner d’explication.

Il combine perfectionnisme, lucidité et peur de l’échec ce qui le fait se plonger dans un monde d’éternel insatisfait. Il y a toujours moyen de faire plus, de faire mieux. L’ennui le guette souvent et il multiplie les projets au point de l’amener parfois à se perdre et s’épuiser nerveusement et moralement. Choisir, c’est renoncer et renoncer c’est très difficile quand tant de choses l’intéressent.

Il est assez difficile de parler du surefficient sans parler de son QI, de son énergie, de son intelligence somme toute plus élevés que la moyenne.

Si nous devions le résumer en un mot ce que dirait ceux qui l’entoure… ce serait «too much», «hyper», «trop»… Tout à l’extrême !

PETIT ZÈBRE DEVIENT GRAND !

Au départ, notre zèbre est «un enfant distrait en classe, qui ne tient pas en place, s’ennuie, n’accepte pas les limites, est arrogant, anxieux, trop sensible…» Souvent il souffre d’incompréhension, de difficultés scolaires, d’un sentiment de différence et de difficulté continuelle. Cela le conduit très tôt à se créer un monde et à se détacher de la réalité, et à développer une capacité d’adaptation très importante, dans le but unique de répondre aux attentes des autres (parents, professeurs, amis,…) Il devient petit à petit quelqu’un d’autre et rentre dans un « rôle » qu’il va peut-être jouer toute sa vie.

Adulte, s’il n’est pas éclairé sur la spécificité de son fonctionnement, il portera ses rayures comme un poids, un handicap. Ainsi, tant qu’il n’a pas conscience de ses différences, il va continuer à “jouer” sa vie même si au fond de lui, il ne se sent pas à sa place. Ce conformisme va l’amener à faire des choses qu’il n’a pas envie et le rendre prisonnier dans sa relation de couple, de travail, en famille… Et tout cela le conduira à l’échec, par des comportements inadaptés et un manque de confiance en soi (Encore la confiance en soi… Devenir un jedi !) et fera de lui une proie idéale pour les pervers narcissiques (relations toxiques)…

ALORS SURDOUÉ ? MOI ?

« Alors surdoué ? Moi ? Certainement pas… » C’est généralement la première réaction que nous recevons lorsque nous soumettons l’idée que cela puisse être la raison d’un fonctionnement différent.

Pas impossible ! Car le surdoué est tellement lucide et critique qu’il souffre avant tout de ses faiblesses car ses forces, il ne les voit pas. Comment imaginer qu’il soit surdoué alors qu’il n’a pas réussi tout ce qu’il a entrepris ou imaginé ? Les surdoués sont les derniers à soupçonner leurs facultés et cela d’autant plus qu’ils ont rarement pu trouver leur voie… Prendre conscience à l’exploitation de son potentiel normal, a-normal ! Un atout ! Et le plus tôt possible…

Vous vous reconnaissez ou avez des doutes sur une personne de votre entourage, apprenez-en plus sur le sujet en lisant les ouvrages suivants : « Trop intelligent pour être heureux ? Jeanne Siaud Facchin et « Je pense trop » de Christel Petitcollin.

Signé Astrée

Contactez-nous

Vous avez un doute sur vos rayures ?… Vous vous reconnaissez ou reconnaissez une personne de votre entourage ? Vous avez envie d’en savoir plus sur le sujet…



Découvrez notre offre de bienvenue : -50% de REMISE sur votre première Consultation par Carte Bancaire et la deuxième Consultation GRATUITE ! (10mn)