Le monde des fées par Galadriel

23 janvier 2018 Non classé
L’autre jour en audiotel, une consultante m’a dit qu’elle avait peur de parler avec des êtres disparus, des esprits qui pourraient la duper, et m’a demandé si elle pouvait trouver un intermédiaire.

Connaissez-vous les fées ? bien sûr, vous connaissez la fée Clochette de Disney… Mais connaissez-vous les véritables fées, qui peuvent servir de canal de communication ? Non non, ce n’est pas une blague. La croyance dans l’existence des fées est très présente en ésotérisme, où elles sont considérées comme de petits anges bienfaiteurs.

Les fées et leurs origines

Le mot fée vient du latin fata ou fatum qui signifie destin, et est apparu au XIIème siècle.

En effet, les légendes les plus anciennes racontent que les fées, êtres fantastiques aux facultés surnaturelles, pouvaient agir sur votre destinée, en récompensant les personnes qui avaient fait le bien et en punissant celles qui avaient fait le mal.

En réalité, la croyance dans les fées remonte dès que l’homme a été troublé par certaines manifestations  considérées comme mystérieuses, à une époque où la science n’était pas encore là pour apporter les explications auxquelles nous avons accès de nos jours : ainsi la rosée du matin par exemple, intriguait particulièrement, tout comme les événements climatiques ou le comportement des animaux.

Dès l’époque gréco-romaine, on retrouve leur trace, en tant que descendantes supposées des moires grecques, ou parques romaines, ces 3 femmes revêtant l’aspect de fileuses, maîtresses du destin de l’homme, tenant entre leurs doigts le fil de sa vie. Chacune symbolisait une étape  : la première, appelée Nona, représentait la naissance ; la deuxième, Decima, symbolisait l’avancée de la vie en dévidant le  fil ; la troisième, Morta, désignait l’étape de la mort de l’homme, en brisant le fil.

La comparaison a vite été faite avec l’évolution de la nature, et c’est ainsi qu’est né le culte des fées de la forêt, gardiennes des eaux, des arbres, des fleurs, de la nature en général.

Pour les Celtes, les fées étaient les filles des prêtresses et druidesses, femmes superbes vêtues de blanc symbole de leur pureté, vivant cachées dans les forêts. De ce fait elles étaient, là encore, associées au culte de la nature.

Elles apparaissent dans les écrits du Moyen Age, où elles sont souvent associées aux histoires d’amour avec de preux chevaliers. Afin d’accentuer leur magnificence et leur pouvoir, elles sont représentées dans les livres comme de très belles femmes éternellement jeunes, riches, bienfaisantes, habitantes d’un château magique caché dans la forêt, sortes de magiciennes s’intéressant aux hommes et les gratifiant, selon leurs envies ou leurs caprices, de multiples actions prodigieuses.

Au XVIème siècle, les fées sont définitivement considérées comme les gardiennes de la nature, généreuses, pleines de bonté, amenant les saisons au gré des besoins des hommes, et de ce fait, porteuses de sérénité et de paix au sein du foyer.

A partir de cette époque et des siècles suivants, elles deviennent également protectrices et annonciatrices des événements à venir, avec le pouvoir d’exaucer les vœux des hommes, et sont souvent représentées sur un char tiré par d’étranges animaux, sortes de messagers des dieux.

Dans les croyances des peuples nordiques, elles se manifestent sous des aspects très différents, toujours aussi puissantes et fantastiques, apparaissant ou disparaissant très subitement.

Reprenant certaines grandes lignes de ces croyances ancestrales, Shakespeare et Disney ont transformé les fées en de minuscules et gracieuses jeunes femmes, pourvues d’ailes comme des papillons, vivant dans des pays magiques,  protectrices de l’immortalité comme du destin des hommes.

Qui sont les fées ?

Les fées sont des créatures généralement d’apparence féminine, d’une implacable beauté.

Il existe toutefois des fées de sexe masculin, que l’on appelle alors des féétauds. Moins présents dans les récits car leur pouvoir est bien moins important que celui des femmes, ils ne font leurs apparitions dans les ouvrages qu’en tant que frères ou compagnons discrets.

Il existe une hiérarchie : les fées sont gouvernées par une reine, qui surveille, récompense ou punit ses consœurs.

Les fées sont divisées en cinq groupes :

les fées dites élémentaires, en charge de l’évolution de la nature, créatrices de la vie avec la naissance du printemps, ou de la mort, avec l’apparition de l’automne.
les bonnes fées, accordant dès la naissance de multiples dons, influençant et déterminant l’avenir des nouveaux nés.
les fées du destin, qui veillent à ce que les événements annoncés se concrétisent.
les fées dites royales, qui permettent de communiquer avec Dieu, ainsi nommées car à l’époque seuls les rois pouvaient bénéficier de cette possibilité. Elle ont également la charge d’annoncer la mort des hommes et de les accompagner dans leurs derniers instants.
les fées dites de l’alchimie, généralement associées à un magicien et réalisant des actions prodigieuses, parfois pour leur propre profit.
Comme chez les humains, il y a de bonnes et de mauvaises fées : certaines apportent la fécondité, d’autres l’amour, mais certaines fées sont annonciatrices de périodes sombres ou de mort.

Les fées élémentaires sont divisées en groupes qui sont en rapport avec les éléments terre, eau, air, feu (voir mon article sur les éléments pour plus d’informations).

Manifestations des fées

Dans la plupart des pays d’Europe, on évoque les cercles de fées, manifestation connue et visible de leur existence : en faisant une ronde et en dansant dans l’herbe pendant des heures, les fées laissent la trace de leur passage, qui se manifeste par un accroissement subit de la nature à l’endroit précis où leurs pieds ont foulé le sol. Ainsi, l’herbe sera plus verte, plus brillante, plus haute, dans ce seul cercle aux  dimensions et contours absolument parfaits.

Sir Arthur Conan Doyle a examiné au début du Xxème siècle des photos prises par des fillettes qui étaient persuadées d’avoir vu des fées. Après de multiples recherches et études, il a été confirmé qu’il n’y avait aucun trucage.

De nombreux rituels extrêmement longs et compliqués ont été inventés pour faire venir les fées. Ces rituels tournaient généralement autour du chiffre 3, et impliquait la connaissance du nom d’une fée que l’on souhaitait invoquer. La condition essentielle à la réalisation des vœux émis était que la demande devait être pure, sans aucune mauvaise intention.

Comment contacter une fée ?

Comme pour les prières que l’on adresse aux anges gardiens, il faut faire preuve de sérieux et d’humilité.

Dès que vous en ressentez la nécessité, vous pouvez communiquer avec la fée de votre choix. Attention : elle portera votre prière auprès du Très Haut, elle sera uniquement un messager.

Faites silence, fermez les yeux, videz vous l’esprit, concentrez-vous, détendez-vous.

Adressez à voix haute une invocation courte, claire et précise. N’oubliez pas que votre demande doit correspondre à un besoin pur et réel.

Comme je l’ai déjà précisé dans mes précédents articles, vous devez toujours utiliser des termes positifs : pas de formulation négative, pas de demande néfaste ou nuisible pour autrui, sans quoi vous subiriez une terrible punition.

A la fin, n’oubliez jamais de remercier 3 fois. Le chiffre 3 représente le sommet de la hiérarchie divine, il symbolise la présence de Dieu.

Quelle fée appeler à la rescousse ?

Pour trouver ou confirmer l’amour : demandez l’aide de la fée Mélusine ou de la fée Selkie.

Pour aider la famille, obtenir la paix au sein du foyer : la fée Selkie.

Pour obtenir la réussite, la force, la volonté : contactez la fée Morgane, la fée Paradis ou la fée Glasting.

Pour reprendre confiance : la fée Esterella.

Pour obtenir la chance en affaires : demandez l’aide de la fée Holda.

Pour gagner en vivacité d’esprit et en intelligence : dirigez vos demandes sur la fée Holda, la fée Aril ou la fée Melior.

Pour développer la communication et les relations : la fée Aril.

Pour avoir enfin richesse et bonheur : appelez la fée Mab, la fée Viviane ou la fée Urgania.

Pour favoriser la guérison d’un proche : la fée Mab.

Pour voir votre fécondité s’accroître et tomber enceinte : la fée Esterella répondra à votre attente.

Pour obtenir bienveillance et soutien : la fée Glasting.

Pour gagner en force physique et en endurance:la fée Urgania.

Pour surmonter les obstacles les plus difficiles : la fée Paradis.

Sachez toutefois que certaines fées sont plus réceptives à vos demandes selon votre signe du zodiaque :

la fée Paradis pour les natifs du Bélier
la fée Viviane pour les Taureaux
la fée Mélior pour le signe des Gémeaux
la fée Mélusine pour le signe du Cancer
la fée Morgane pour les natifs du Lion
la fée Urgania pour le signe de la Vierge
la fée Holda pour les natifs de la Balance
la fée Esterella pour les Scorpions
la fée Glasting pour le signe du Sagittaire
la fée Mab pour les Capricornes
la fée Aril pour les natifs du signe des Verseaux
la fée Selkie pour les Poissons.

J’espère vous avoir fait découvrir que les fées ne sont pas seulement ces êtres imaginaires qui bercent les contes de notre enfance… A très bientôt !

Galadriel